Cascade Solutions d'Imagerie
1 Deacon Place, St. Albert, Alberta, Canada T8N 6S5
(780) 705-7721
info@cascadeimaging.ca

Imagerie

Nos instruments géophysiques sont synchronisés par GPS pour acquèrir rapidement les données, alors que les images sont produites immédiatement dans le terrain.

Les données géophysiques synchronisées par GPS sont importées dans un Système d'Information Géographique (SIG). Le logiciel SIG permet le géoréférencement et le graphiquement de l'information. Algorithmes de quadrillage interpolent les niveaux entre les points d'échantillonnage à produire une image. Les mesures sont exprimées dans une échelle intuitive des couleurs chaudes et froides. La couleur blanche est utilisée pour réactions faibles qui représentent les valeurs du fond (c'est a dire naturels).

Les coordonnées des cartes sont en projection Transverse Universelle de Mercater (UTM) de sorte que les distances sont en mètres. Ces caractéristiques font des cartes faciles d'interpréter et le géoréférencement permet la localisation instantanée sur les appareils portables. Les caractéristiques du site sont mesurées, dessinées et inclues en superposition sur toutes les cartes. On superpose aussi les points d'échantillonnage et les lignes de chemin pour faciliter l'interprétation. Les réponses électromagnétiques dépendent fortement de l'orientation de l'instrument vers l'anomalie, dans le cas des métaux et des pipelines enterrés. Ceci est important pour une autre raison: la densité des échantillons est un facteur important dans les algorithmes de quadrillage qui déterminent la qualité de l'image.

Le Théorème d'Échantillonnage de Nyquist stipule que la capture complète d'une fréquence quelconque dans un signal analogique exige l'échantillonnage des mesures discrètes à double la fréquence pour conserver la fidélité du signal. Un fichier d'onde audio, par exemple, échantillonne à 40 kHz, deux fois la fréquence maximale perceptible par l'oreille humaine. En imagerie, le théorème s'applique à fréquences spatiales. Cela implique que la résolution d'une anomalie vingt mètres de large exige des lignes de chemin pas plus de dix mètres séparées.

Le théorème également limite la résolution maximale de tous instruments géophysiques particuliers. Par exemple, un instrument avec une empreinte de 6,5 mètres de large (comme le EM31) ne détecte toujours les caractéristiques de taille inférieure à treize mètres.

Créant le Précédent en Géophysique de l'Énvironnement